Sorties

Pixel de Mourad Merzouki, danse et numérique

Passage du spectacle de Mourad Merzouki, Pixel

Vendredi soir, je suis allée voir Pixel de Mourad Merzouki, en collaboration avec le duo Adrien M/Claire B qui travaille sur la création en arts vivants et numériques, au Théâtre Jean Arp à Clamart.

Ce show réunissait danse et mapping numérique. Autant dire que je me devais d’être dans le public ! Et ça n’a pas été facile, les spectacles affichaient tous complets, et avant même que la date supplémentaire soit annoncée, elle était déjà complète. On comprend vite pourquoi..

« Pixel, c’est le mariage entre la vidéo et la danse hip-hop »

 » 10 danseurs et circassiens dansent, se confrontent, se jouent de projections lumineuses. Un jeu, une danse à la frontière du virtuel et du vivant. Pour Mourad Merzouki, chorégraphe, il s’agira de travailler sur l’illusion en conjuguant énergie et poésie, fiction et prouesse technique pour créer un spectacle à la croisée des arts. Qu’y a-t-il de commun entre les arts numériques, les images de synthèse et le corps bien réel d’un danseur ? Vous le découvrirez en venant voir Pixel ! Mourad Merzouki nous a habitués à des spectacles où le public finit toujours debout. Gageons qu’il en sera de même cette fois-ci encore !  »

Effectivement, même placée au niveau du balcon droit, et donc ayant de légers décalages, les effets m’ont transporté et même bluffé. Qu’est ce que ça doit être quand on est bien en face ?! J’ai noté quelques à côtés dans la synchronisation Homme/Mapping mais ça a surtout eu l’effet de me rappeler que c’était un travail minutieux qui a demandé des heures d’entrainement. Et rien que ça, c’est fascinant !

Il y avait 8 danseurs, tous plus performants les uns que les autres et la jeune fille parmi tous ces gars a su bien tenir la route. Elle avait une énergie de dingue !
Au sein du spectacle, l’utilisation d’un cerceau a amené du moelleux, la performance de la contorsionniste a ajouté de la souplesse bien que ses passages soient créés dans la même intention : se tordre le dos, et le roller-man a apporté de la légèreté dans les mouvements et dans l’interaction avec le numérique. Un mélange artistique qui a nous transporté jusqu’à la dernière seconde. Et comme disait le speech, toute la salle était debout pour les applaudir.

Profiter jusqu’à la dernière seconde

Être les derniers à quitter la salle a du bon puisque nous avons eu la chance de nous joindre à une asso de jeunes pour écouter les danseurs, et la coordinatrice du spectacle, répondre aux questions des enfants. Un moment très intéressant car contrairement à ce que l’on peut penser, les enfants posent parfois de bonnes questions. Mais blague à part, c’était un bonus qui nous a permit d’en connaitre davantage sur la mise en place de Pixel et des formations qu’ont suivi les différents artistes.

Ca serait de l’excès de zèle d’y retourner, (et je trouverai des portes fermées surtout !) mais heureusement il y a la vidéo. Qui ne remplace en rien la présence physique, je dois le signaler, mais qui contente plutôt bien. Enjoy !

 

Passage du spectacle de Mourad Merzouki, Pixel

Passage du spectacle de Mourad Merzouki, Pixel

 

0
Share:

1 comment

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.