Coin lecture

California Dreamin’ de Pénélope Bagieu, la découverte d’un groupe 

california dreamin Pénélope Bagieu

J’aime particulièrement lire des bandes dessinées. Je suis sensible aux graphismes, aux directions artistiques en général, et c’est ce j’aime découvrir dans une bande dessinée ou dans un roman graphique. Si on y est réceptif alors on a plus de chances de se plonger dans l’histoire et de l’apprécier dans son ensemble et, très souvent, on les lit en une soirée.
Je vous parle de ça car dernièrement j’ai lu la dernière bande dessinée de Pénélope Bagieu « California Dreamin’« . Vous l’avez lu ?

Voici le résumé si ce n’est pas le cas : « Ellen naît en 1941 dans une famille juive de Baltimore et, petite déjà, rêve de devenir chanteuse. Sa voix est incroyable, mais sa personnalité aussi excentrique qu’attachante cache une faille de taille : Ellen est boulimique. Et grosse. Trop grosse pour espérer un jour devenir une star. Pourtant quand, à 19 ans, elle devient Cass Elliot, c’est pour échapper à son avenir de vendeuse de pastrami et tenter sa chance à New York ! C’est là que, happée par la folk de l’époque, Cass tombe amoureuse de Denny, le chanteur des Journeymen… »

TheMamas&thePapas

Pochette album - Deliver

A l’époque j’avais lu les Joséphine que j’avais beaucoup aimé pour leur humour du quotidien et des problèmes de filles. Mais avec California Dreamin’ Pénélope Bagieu revient enfin dans les librairies et nous propose un tout autre style : une biographie libre de la mytique chanteuse du groupe The Mamas And The Papas, Cass Elliot.

La façon de raconter l’histoire à travers le point de vue de différents personnages est un angle intéressant, surtout que Cass Elliott a fait des rencontres et vécue des situations plutôt atypiques, sa forte personnalité aidant. Toutefois, je n’avais rien lu, rien vu sur la BD et je n’ai découvert qu’à la fin que c’était une histoire vraie concernant ce groupe. Le titre aurait dû me mettre la puce à l’oreille j’avoue ! Mais ça n’a pas influencé mon avis sur l’histoire car, comme je le disais plus tôt, la star ayant une vie très remplie que se soit une fiction aurait été tout à fait plausible. C’est toujours sympa de découvrir un personnage extravagant qui va au bout de ses idées.

J’ai donc perçu l’œuvre de façon très ordinaire, appréciant le coup de crayon et me demandant donc si les personnes avaient réellement ces têtes là. Mais d’un autre côté, si les personnages étaient nombreux, leurs points de vue étaient succincts, ce qui a amené un léger sentiment de frustration lors de la lecture car j’aurai aimé en savoir un peu plus sur les personnages.

Mais qu’on se le dise, l’œuvre de Pénélope Bagieu est rafraîchissante à lire, comme une citronnade un jour de canicule. Cass Elliot est un personnage touchant. C’est la bonne copine un peu envahissante mais avec un bon fond… alors on lui pardonne tout.

Petit bonus…

…qui fait plaisir ! A  la fin du roman on découvre une playlist des meilleures chansons du groupe et quelques anecdotes données par l’auteur, ce qui conclut plutôt bien la lecture.

 

Ayant bien apprécié cette histoire, je pense que je vais me laisser tenter par les autres BD de Pénélope Bagieu : Cadavre Exquis et La Page Blanche. Je vous en ferai ma critique si ça vous dit !

0
Share:

1 comment

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.